1940 : Gabon

composition des forces françaises libres

ENTREE AU GABON - OCTOBRE 1940

Terre

Sous le commandement du Lt-Cl Leclerc de Hautecloque Groupement Dio

Eléments du Bataillon de Marche n°4
Eléments de la 1e Compagnie de Chars
Une batterie d’Artillerie (75 mm)
Groupement Parent
Eléments du Bataillon de Marche n°1
Eléments du Point d’Appui de Pointe-Noire
Eléments du 1e Bataillon de Fusiliers-Marins
Eléments d’Artillerie Coloniale de Pointe-Noire
Groupement Delange Bataillon de Marche n°1
Groupement Kœnig
Eléments de la 13e Demi-Brigade de la Légion Etrangère
Ambulance chirurgicale légère
Eléments des transmissions

Soit 1 060 hommes

Mer

Sous les ordres du Capitaine de Frégate Thierry d’Argenlieu.

Aviso F.N.F.L « Savorgnan de Brazza » C.C. Roux
Aviso F.N.F.L « Commandant-Dominé » L.V. de La Porte des Vaux
Cargo F.F.L. « Casamance » Commandant Bnas

 

Air

Rattaché à la Marine.

Groupe de combat aérien n°1 F.A.F.L. Commandant Lionel de Marmier

Période du 10 octobre au 24 décembre 1940.

En Afrique Equatoriale, les Forces Françaises Libres sont réparties dans les colonies ayant rallié (Tchad, Cameroun, Congo, Oubangui-Chari).

Elles sont occupées à réorganiser ces territoires, à les protéger et à encadrer les nouveaux bataillons de marche qui viennent d’y être créés.

Seul de toute l’A.E.F., le Gabon est encore sous l’autorité d’un gouverneur qui a proclamé sa fidélité à Vichy La position géographique de ce territoire ne permet pas que l’on puisse supporter indéfiniment cette épine vichyste au cœur de l’Afrique Française Libre. La décision est prise de faire une démonstration militaire pour chasser le gouverneur.

L’Opération projetée est purement Française Libre. Les alliés n’interviennent ni militairement ni matériellement (à l’exception de quelques navires de guerre britanniques qui veillent à ce que Dakar ne puisse expédier des renforts par mer au Gabon).

Les soutiens logistiques sont donc réduits et, par voie de conséquence, les troupes mises en ligne le seront également.

Le 27 octobre 1940, le Groupement DIO descend du Cameroun vers le sud, à travers la forêt. Les groupements Parent et Delange venant du Congo remontent vers le nord, s’empareront de Lambaréné et suivront le cours de l’Ogoué en pirogues pour menacer Port-Gentil. Koenig, avec ses légionnaires, débarquera du Cargo Français Libre « Ca-samance » et marchera sur Libreville.

Les navires F.N.F.L. s’en prennent aux unités de Vichy qui sont éliminées.

Le groupe de combat aérien assure les liaisons, les reconnaissances et agit sur Port-Gentil

Le 12 novembre 1940, le Gabon est entièrement contrôlé par la France Libre qui y installe un nouveau gouverneur. Les Forces F.F.L. sont disponibles pour de nouvelles opérations.

Entre-temps, dans le désert de Libye, le 1e Bataillon d’Infanterie de Marine (Commandant Lorotte) participe avec les Britanniques à l’Opération « Compass » pour refouler les Italiens de Grazziani vers Tripoli.