1942 : Désert de Libye

Commandant la 2e B.F.L. : Général Cazaud
Etat-Major : Cie de Q.G 52, (Lieutenant Bélan)
Premier Groupement : Lt-Cl delange
Bataillon de Marche N°11 commandant langlois
 Deuxième Groupement : Lt-Cl Garbay
Bataillon de Marche n°3 commandant allegrini
1eBataillon de la Légion Etrangère commandant de la bollardiÈre
1eGroupe d’Artillerie Coloniale capitaine marsault
21eCompagnie Nord-Africaine capitaine giraud
23eCompagnie Nord-Africaine capitaine guyot
2eCompagnie Anti-Chars capitaine magendie
2eCompagnie de Sapeurs-Mineurs lieutenant herlin
2eCompagnie de Transmissions capitaine huet
102eCompagnie Auto capitaine baquiÉ
2eAtelier Lourd de Réparation Auto capitaine bagier
Intendance intendant perrat
Groupe d’Exploitation n°2 aspirant bertrand
Groupe Sanitaire Divisionnaire n°2 mÉdecin-capitaine delavenne
Services Divers (1)

Soit au total 3 159 hommes.

Supervisant les deux Brigades Indépendantes, le Général de Larminat installe son Quartier Général à Bardia à partir du 3 avril 1942.

Général de Larminat, Etat-Major Compagnie de QG 50 (Lt Fénaux).

Lui sont directement subordonnés :

Période du 1e avril au 30 juin 1942.

Le 1e avril 1942, à son tour prête pour le combat, la 2e Brigade Française Libre Indépendante quitte le levant pour le désert de Libye. La troisième Brigade Indépendante restera au Liban et en Syrie jusqu’à la fin de la guerre pour assurer la protection de ces pays.
Dans le désert, la situation n’a pas changé, chacun des deux adversaires est resté sur ses positions, attendant des renforts et préparant une nouvelle offensive.
La 2e BFL prend position dans la région de Bardia et reçoit pour mission de défendre les aérodromes et les pistes du secteur, toujours menacés par des raids de commandos ennemis. Le 20 avril 1942, le BM 11 est détaché de la 2e BFL et se porte dans l’oasis de Djaraboud à 200 km plus au sud pour protéger les flancs de la VIIIe Armée.
La 1e BFL fait toujours bonne garde à Bir-Hakeim érigé en point fort (Box) au sud du dispositif allié, alors que Tobrouk constitue le Box nord.

Le 27 mai 1942, tout le front de l’Axe s’ébranle vers l’Est et se heurte à la fois aux immenses champs de mines tendus entre les Box et à la position de Bir-Hakeim elle-même. Rapidement la mêlée devient générale ; les alliés en rase campagne sont bousculés, seuls résistent Bir-Hakeim et Tobrouk.
Sans avoir changé de position, la 2e BFL se trouve à son tour en première ligne du fait du recul de la VIIIe Armée. Pour tenter d’inquiéter Rommel sur ses flancs, le BM 11 est envoyé, le 30 mai, de Djaraboud à Djalo, 300 km plus au sud-ouest. Mais la résistance opiniâtre de Bir-Hakeim gêne les mouvements de l’Afrika Korps. Rommel est contraint de suspendre son avance victorieuse pour procéder à l’élimination de ce pieu planté dans ses flancs. Plusieurs divisions allemandes et italiennes sont immobilisées jusqu’au 11 juin pour en venir à bout.

Ce délai a probablement sauvé l’Egypte et le Canal de Suez car, profitant du retard imprévu rencontré par l’Afrika Korps à Bir-Hakeim, les Britanniques ont pu masser à El Alamein (80 km d’Alexandrie) leurs dernières réserves australiennes rappelées d’urgence d’Irak.
Le 11 juin, à court d’eau, de vivres et de munitions, ayant subi de lourdes pertes, la 1e BFL reçoit l’ordre de tenter l’évacuation de sa position encerclée et de se replier sur l’Égypte. Dans une ruée mémorable, la Brigade réussira de nuit à forcer l’encerclement et sera recueillie sur la piste d’Egypte par sa Brigade sœur la 2e BFL.

Le 30 juin 1942, jugé vraiment trop exposé à Djalo, le BM 11 reçoit à son tour l’ordre de se replier sur Le Caire. Il parcourra 950 km dans les sables avec ses véhicules en traversant la dépression de Kattara réputée infranchissable même pour des caravanes de chameaux.


Notes
(1) Matériel, parcs, trésor, poste, prévôté, justice militaire. aumônerie, dépôts, centres d’instruction, etc..