1942 : La Libye - Bir Hacheim

Composition de la premiÈre brigade française libre indÉpendante

Désert de Libye - Bir-Hakeim
Décembre 1941
Commandant la 1e B.F.L. : Général Kœnig
Chef d’Etat-Major : Colonel Masson
E.M. Cie de Q.G 51 :
Lieutenant Olivier
Premier groupement :
Lt-CI Amilakwary (Demi-Brigage de Légion
Etrangère)
2e Bataillon de la Légion Etrangère
Commandant babonneau
3e Bataillon de la Légion Etrangère
Commandant puchois
Deuxième Groupement :
Lt-Cl de Roux (Demi-Brigade Coloniale)
Bataillon de Marche n°2 commandant amiel
Bataillon du Pacifique
lIEUTENANT-COLONEL BROCHE
1e Bataillon d’Infanterie de Marine COMMANDANT SAVEY
1e Régiment d’Artillerie COMMANDANT LAURENT CHAMPROSAY
1e Bataillon de Fusiliers-Marins (D.C.A.) CAPITAINE DE CORVETTE AMYOT D’INVILLE
22e Compagnie Nord-Africaine CAPITAINE LEQUESNE
1e Compagnie Anti-Chars CAPITAINE JACQUIN
1e Compagnie de Sapeurs-Mineurs CAPITAINE DESMAISON
1e Compagnie de Transmissions CAPITAINE RENARD
101e Compagnie Auto CAPITAINE DULAU
1e Atelier Lourd de Réparations Auto
CAPITAINE BELL
Intendance intendant bouton
Groupe d’Exploitation n°1
capitaine de guillebon
Groupe Sanitaire Divisionnaire n°1 medecin-commandant vignes
Ambulance Chirurgicale Légère medecin-capitaine guillon
Hôpital de Campagne Hadfied-Spears medecin-commandant fruchaud
Services divers (1)

 

Soit au total 5 109 hommes

Période du 20 août 1941 au 1er avril 1942.

Des jeunes Français volontaires, venant de tous les points du monde, parviennent à Beyrouth, à Damas et à Homs. Il est possible maintenant de forger des armes plus nombreuses. La 1e D.F.L. a été dissoute le 20 août 1941, mais l’on procède à la constitution de trois Brigades Françaises Libres Indépendantes, sans causer de préjudice à la défense locale des territoires ralliés (A.E.F., Tahiti, Calédonie) et sans non plus affecter les Forces Françaises Libres à l’entraînement en Grande-Bretagne.

La 1e Brigade Française Libre indépendante est prête début décembre 1941. On envisage un moment de l’envoyer combattre en Union Soviétique, mais elle est réclamée par le Général Ritchie pour renforcer sa VIIIe Armée Britannique en train de reconduire Rommel aux portes de la Cyrénaïque (Opération « Crusader »).

Quittant la Syrie et le Liban le 30 décembre 1941 traversant la Palestine et l’Egypte, la 1e B.F.L. prend position à la frontière libyenne, bien en arrière du front de la VIIIe Armée, mais où Rommel a laissé un « Hérisson », qui tient le col d’Halfaya et qui menace la sécurité de l’unique route du ravitaillement, véritable cordon ombilical des armées alliées.

Le 17 janvier 1942, la 1e B.F.L. et les Sud-Africains reçoivent la capitulation de la garnison d’Halfaya (5 000 prisonniers). Les arrières alliés sont assainis, la route du désert est dégagée.

Se portant sur le front principal, 300 km plus à l’ouest, la 1e B.F.L prend position à El Mechili au Sud du dispositif allié le 20 janvier 1942, au moment précis où Rommel, reprenant l’offensive, bouscule les troupes alliées près de la côte et menace de tourner la position tenue par les Français Libres et les Polonais.

Exécutant les ordres de la VIIIe Armée, les troupes du Général Kœnig se replient au sud de Gazala, puis se retranchent le 4 février 1942 dans un point du désert appelé « Bir-Hakeim » qu’elles aménagent en position fortifiée. Entre-temps, Rommel se trouve à court d’essence et de ravitaillement de toute sorte car Hitler a donné la priorité absolue au front de Russie. L’Afrika-Korps doit arrêter sa progression vers l’est et se retranche sur une ligne Nord-Sud-Ouest Gazala, El Mechili.

Commence alors une guerre étrange où les lignes adverses forment un V renversé. Près de la côte, à Gazala, les adversaires sont au contact, mais 100 km plus au sud, la position de première ligne de Bir-Hakeim est à 100 km des positions ennemies. C’est le temps des « Jock-Columns »
où les patrouilles motorisées adverses se livrent, dans le « no man’s land » à des batailles qui font penser aux engagements navals, et aux rezzou.

(1) Matériel, parcs, trésor, poste, prévôté, justice militaire, aumônerie, dépôts, centres d’instruction, etc..

En savoir plus...

Nos portails
 

Les articles de cette rubrique :

Navigation