1e escadron de Spahis Marocains

1e Régiment de Marche des Spahis Marocains


Voir la fiche

L’insigne du 1e escadron de Spahis Marocains fut dessiné par le chef d’escadrons de Kersauzon de Pennendreff et frappé à quelques exemplaires au Soudan. Après la campagne de Syrie, le chef d’escadrons Jourdier en fit réaliser d’autres, également en argent, par un bijoutier des souks de Damas, prenant le précédent comme modèle. Cet emblème comprenant l’étoile chérifienne et la croix de Lorraine sera d’ailleurs peint au pochoir sur les portières des véhicules en 1942.

(Les Français Libres et leurs emblèmes par B. Le Marec. Ed. Lavauzelle)

HISTORIQUE RESUME du 1e Régiment de marche des Spahis marocains (RMSM)

Un mois plus tard, au camp de Moaskar , il constitue avec le BIM les Forces françaises libres du Moyen-Orient. Au début de 1941, les "Calots rouges*" de Jourdier sont engagés en ERYTHREE , avant de regagner la SYRIE (mai-août 1941).

Devenu Groupe de reconnaissance de corps d’armée (GRCA), à trois escadrons (dont deux à cheval), l’unité s’entraîne en vue de participer aux opération de LIBYE.

En décembre 1941, le 3e escadron - le seul équipé d’automitrailleuses - commandé par le capitaine DE COURCEL est mis à la disposition de la Brigade Kœnig et il sera utilisé dans les opérations contre les troupes de l’Axe en Libye.

En mai 1942, les deux autres escadrons quittent la Syrie pour l’ EGYPTE , où il seront affectés à la 2e BFL (général Cazaud). A l’automne, le 1e RMSM succède au GRCA ; constitué de quatre escadrons, il est confié au commandant Jean REMY et va former, avec la 1e compagnie de chars du 501e RCC, deux groupes de reconnaissance sur le modèle des "colonnes volantes" britanniques (Flying Columns), sous les ordres des commandants Rémy et DE KERSAUSON : le GR 1 est dirigé sur FAYOUM , le GR 2 sur SAMAKET-GABALIA , au sud du front de la VIIIe armée.

Le 25 septembre 1942, les deux GR reconstituent le 1e RMSM (commandant Rémy), qui va être engagé dans la bataille d’ EL ALAMEIN, avant d’être rattaché, successivement, à la 44e DI britannique, à la 4e DI hindoue, puis à la 4e brigade blindée britannique.

Au début de 1943 , le RMSM prend part à la campagne de TUNISIE **, où il est mis, le 12 mars, à la disposition de la "Force L" (l’ex-Colonne Leclerc, venue du Tchad). Après la chute de Tunis, il rejoint la 1e DFL au camp de SABRATHA (Libye) , avant de faire mouvement avec la 2e DFL (future 2e DB) au camp de TEMARA (Maroc) , où il devient le régiment de reconnaissance de la 2e DB. Il comprend alors, toujours sous les ordres du colonel Rémy, six escadrons - dont quatre équipés d’automitrailleuses.

Le jour de Pâques 1944, il embarque pour l’Angleterre , d’où il partira, le 31 juillet, pour débarquer à Sainte-Mère-l’Eglise. Il accompagne ensuite la division Leclerc et se distingue au Mans, à Ecouché et à Argentan.

Engagé dans les Vosges et sur le front de l’Atlantique, il traverse ensuite l’Allemagne et son 3e escadron sera parmi les premières troupes françaises à entrer au "Nid d’aigle" de Hitler à Berchtesgaden. Durant toute la campagne de France, les spahis auront capturé plus de 26 000 soldats ennemis et détruit vingt chars, vingt canons, 200 véhicules et même un avion.

Il sera fait Compagnon de la Libération le 7 août 1945.


Notes

* La coiffure de l’escadron Jourdier avait été conçue par la générale Catroux, marraine de l’unité, et taillée dans les anciens burnous des spahis.

** Il s’illustrera notamment lors des combats de Médenine, Bordj Fedjej, Mezzouna, Djebel Garci.

EN SAVOIR PLUS

Les articles de cette rubrique :

Navigation