Détachement de circulation routière

1e Détachement de Circulation Routière


Voir la fiche

Son insigne fut dessiné par le maréchal des mogis Zeitoun à Nabeul en Tunisie, fin 1943, puis réalisé au Caire au début de 1944. Signalons que le D.C.R aurait arboré une curieuse coiffure : un calot au revers bleu ciel et à coiffe rouge .

(Les Français Libres et leurs emblèmes par B. Le Marec, Ed. Lavauzelle)

L’HISTORIQUE

Le 1e D.C.R de la 1e D.F.L a été créé en juin 1943 à KAIROUAN par le Général KOENIG et plus tard, en TRIPOLITAINE, dans le secteur côtier SABRATA-ZOOURA-TRIPOLI.

Composé exclusivement de volontaires issus de toutes les armes et de toutes les régions de Métropole et Colonies (évadés de France, par l’Espagne, "pieds-noirs" d’Algérie et de Tunisie), de tous âges et de toutes conditions (de 17 à 45 ans).Tous avaient un état d’esprit très FREE FRENCH, un entousiasme et une volonté de se battre extraordinaires.

Plusieurs unités en formation dont le D.C.R, allaient compléter, pour en faire une vraie Division, la 1e D.F.L qui était constituée jusqu’alors par deux demi-brigades qui étaient intégrées à la 8e Armée anglaise.

Au mois d’aout 1943, la 1e D.F.L a fait mouvement sur la TUNISIE et s’est cantonée dans le Cap Bon autour de Tunis. Là, le 1e D.C.R a reçu une formation beaucoup plus poussée de circulation routière et a touché du matériel nouveau jusqu’à l’embarquement à BIZERTE pour l’Italie sous le commandement du Commandant PAZAROLS .

Débarqué à Naples, et dirigé immédiatement sur le front en mai 1944, le D.C.R dès l’attaque du GARIGLIANO , a eu une place très importante dans les opérations.

En effet, plus qu’un travail de contrôle pendant les périodes de repos, le D.C.R était une unité combattante à part entière puisque son activité consistait durant les opérations, à reconnaître, avant le passage de l’infanterie et des blindés, l’état des routes, des pistes et des champs de mines.

Une fois que ces voies de pénétration du front étaient reconnues afin de permettre la progression des fantassins et des blindés, le D.C.R devrait jalonner par des signaux et des fléchages particuliers, tous les axes de l’attaque et signaler les lignes ennemies.

Une fois ces routes tracées, il fallait assurer la police et celles ci ainsi que la surveillance des carrefours et des noeuds de circulation importante.

Il est arrivé ainsi en Italie que certains hommes restent plus de 24 heures de suite en postes découverts sous le feu de l’ennemi, pour indiquer nuit et jour la route et des convois de camions, chars et autres véhicules.

Comme ces voies de communication étaient très importantes (sur le plan opérationnel), les postes de contrôle étaient très menacés et dès les premiers jours de l’attaque en Italie, les pertes du D.C.R furent très sévères puisque la moitié de l’unité avait été décimée et que, sur 9 officiers qui avaient pris ke départ en Tunisie, il ne restait plus que l’aspirant PASQUINI qui fut nommé sous lieutenant .

Le Lieutenant PONS prit le commandement de l’unité en cours de campagne d’Italie qui se termina à 10km de FLORENCE après la prise de ROME à laquelle le D.C.R participa très activement (une jeep du D.C.R rentra, accidentellement, dans la ville près de 24 heures avant l’arrivée des premiers soldats alliés).

L’Unité se vit décerner la Croix de Guerre avec citation à l’Ordre de la Division en août 1944 par le Général BROSSET :

"Détachement de circulation routière dont l’activité et l’allant, sous les ordres du Lieutenant PONS ont été au-dessus de tous éloges au cours de la Campagne d’Italie et mai et juin 1944.

Employé constamment à l’avant pour jalonner, derrière les troupes d’assaut, dans les champs de mine, les passages ouverts et les itinéraires nouveaux ainsi que pour régler dans les zones de circulation sous le feu de l’ennemi, s’est montré ferme, ardent, animé du meilleur moral malgré les pertes sévères qui le privèrent successivement de six commandants de pelotons tués ou blessés."

Signé BROSSET.

Embarqué à TARENTE et BRINDISI, le 1e D.C.R débarque le 15 août 1944 à CAVALAIRE . Immédiatement en action, il participe à la libération de HYERES et de TOULON où l’unité fit 780 prisonniers dont 30 officiers et un Colonel le 23 août 1944, et remonta la vallée du Rhône jusqu’à LYONle Général BROSSET devint Commandant de la place.

Les Allemands ayant reculé jusqu’à la ligne des VOSGES, le 1e D.C.R prit position dans la région de BELFORT sur un front allant de RONCHAMP, PLANCHER LES MINES et la ligne des Vosges.

L’unité participa activement à l’offensive sur l’ALSACE et à la libération de cette région et elle fut rappelée en catastrophe sur STRASBOURG le 1e janvier 1945 au moment de l’offensive allemande sur BASTOGNE , lorsque la Division faisait mouvement pour le sud-oeust de la France.

Au moment du passage du RHIN, la Division qui avait besoin d’être reconstituée fut dirigée sur la frontière italienne et le massif de l’AUTHION où le D.C.R participa également à différentes opérations.

Le 8 mai 1945, le D.C.R ouvrit le défilé de la Victoire à Nice.

Navigation