Cérémonie de sublimation de l’Ordre de la Libération le 16 novembre 2012

Le vendredi 16 novembre 2012 restera une date importante pour l’ordre de la Libération. Au cours d’une cérémonie solennelle qui s’est déroulée aux Invalides à Paris on ne se souviendra pas simplement que cet ordre prestigieux a été fondé par le général de Gaulle le 16 novembre 1940 à Brazzaville. Le chancelier de l’ordre de la Libération, le colonel Fred Moore, 92 ans, atransmis le flambeau de la mémoire aux cinq villes compagnons de la Libération que sont Paris, Nantes, Grenoble, Vassieux-en-Vercors et l’île de Sein. (...) ”Soixante-douze ans après sa création, le temps faisant son oeuvre, l’ordre ne compte plus qu’une poignée de membres et aurait pu à brève échéance disparaître. Ce ne sera pas le cas ! Grâce aux communes compagnons de la Libération, nous pouvons passer le témoin de la mémoire. La continuité est assurée” résume le chancelier Moore.

Lire l’article intégral d’Hervé CHABAUD sur son blog "l’Histoire en Rafale".

Mairie de Paris

A l’invitation de Monsieur Bertrand DELANOE, une présentation a eu lieu à l’hôtel de Ville à l’occasion de la création du Conseil national des communes "Compagnon de la Libération" : Accueil par Madame Catherine VIEU-CHARIER, adjointe au Maire de Paris chargée de la Mémoire du Monde Combattant ; Diffusion du film sur les communes "Compagnon de la Libération" ; Présentation de l’Ordre de la Libération, Réflexions sur les valeurs de l’Ordre de la Libération par Hubert GERMAIN, compagnon de la Libération ; Présentation d’un extrait d’un film amateur tourné à Paris en août 1944 par Charles Duduy ; Allocution de Colonel Fred MOORE, Chancelier de l’Ordre de la Libération ; Allocutions des Maires des 5 Villes Compagnon.

15 heures - Prise d’armes présidée par Monsieur Jean Marc Ayrault, Premier ministre, dans la Cour d’honneur de l’Hôtel national des Invalides

Un évènement : cette prise d’armes voit le défilé des différents régiments héritiers des traditions des unités Compagnon de la Libération, la "13" en tête

Les Compagnons de la Libération... ont eu TRES TRES FROID dans la Cour des Invalides !

Allocution de Monsieur Jean-Marc AYRAULT, Premier Ministre

Le premier Ministre Jean-Marc Ayrault a prononcé un discours dont nous donnons ci-après quelques extraits

…………. Il y a 72 ans jour pour jour à Brazzaville, le général de Gaulle créait l’Ordre de la Libération. L’Ordre de la Libération n’apporte ni privilèges ni avantages, il ne repose sur aucune hiérarchie, il distingue les héros de la France combattante qui ont tout donné pour la libération de notre patrie. Un seul grade et un seul titre, celui de Compagnon de la Libération. Un seul insigne, un écu de bronze frappé d’un glaive et d’une croix de Lorraine, un ruban qui affiche le noir du deuil et le vert de l’espérance. C’est la croix de la Libération que ses détenteurs arborent avec la fierté du devoir accompli. Une seule devise ; En servant la patrie, il a apporté la victoire …

….Se souvenir des actions héroïques des Compagnons de la Libération, c’est retracer la magnifique épopée de la France Combattante, du serment de Koufra aux convois de l’Atlantique, des sables brûlants de Bir Hakeim au périls de la clandestinité des maquis, des débarquements de Corse et de Provence à l’écrasement du nazisme et au retour de la République victorieuse…..Le Général de Gaulle lui-même n’imaginait pas que la flamme de la libération puisse un jour s’éteindre. Si les individus sont appelés à disparaître, les collectivités telles que la ville de Paris continueront à témoigner dans l’avenir ce qu’a été l’Ordre de la Libération car de 1941 à 1946 cinq communes ont acquis le statut de Compagnon de la Libération. Cinq communes héroïques qui se sont distinguées dans le combat pour. La libération de la France. Cinq communes qui illustrent la diversité de la France Combattante..

C’est la ville de Nantes où une résistance spontanée surgit dés le lendemain de l’armistice, où se développèrent des réseaux de sabotage et renseignement malgré la répression des forces d’occupation et qui a payé le prix du sang. Je pense avec émotion aux otages fusillés par les nazis le 22 octobre 1941 à Nantes, Châteaubriant et au mont Valérien

C’est la ville de Grenoble qui a été un des symboles de la Résistance mais aussi de la répression sauvage pendant ces années noires et qui a été le théâtre d’une manifestation patriotique remarquable le 11 novembre 1943.

C’est la ville de Paris, bien sûr ! Capitale restée fidèle à elle-même et à la France selon les termes du décret de 1945 où s’alluma dés 1940 la flamme de la Résistance et dont la population s’est dressée pour chasser l’ennemi aux cotés des alliés et forces françaises combattantes

C’est la commune martyre de Vassieux-en-Vercors, centre de parachutage pour les armées alliées, qui apporta un soutien constant aux maquis voisins et dont 73 habitants tombèrent aux cotés des résistants du Vercors en aout 1944.

C’est enfin l’Ile de Sein dont tous les hommes en âge de se battre ont rejoint la France Libre après l’appel du 18 juin 1940 devant l’invasion ennemie, disait le Général de Gaulle, l’Ile de Sein s’est refusée à abandonner le champ de bataille qui était le sien, la mer ….La continuité de l’œuvre entreprise est donc assurée. Il appartiendra désormais au Conseil National des Communes Compagnons de la Libération d’assurer la pérennité des traditions de l’Ordre et d’entretenir la mémoire des héros de la France Libre……..

… Le devoir de mémoire s’impose à tous. Il engage notre avenir commun. Grâce à l’action vigilante du Conseil National des Communes Compagnons de la Libération, avec le soutien déterminé du gouvernent de la République, la flamme du souvenir ne s’éteindra pas. Vive la République, vive la France.

Fil’gouv

Les Maires des Villes compagnon, accompagnés de jeunes lauréats du Concours national de la Résistance

FIN DE LA CEREMONIE ...