Combats d’Alsace - Janvier 1945

Le ciel était si bas, si grand, si seul.,. 
La neige tombait drue... on eût dit un linceul.

Nous n’osions plus bouger., tapis au fond des bois 
Figés que nous étions, par un intense froid.

Autour de nous...silence...chacun avait espoir, 
Que rien ne troublerait l’accalmie de ce soir.

Et le ciel et la neige intimement fondus 
faisaient... qu’on avait peur... de leur marcher dessus.. 
Puis, soudain, devant nous...surgissent des fantômes 
Tous habillés de blanc...ce sont les fantassins 
Qui précèdent les chars... c’est l’heure du destin 
Immuable, implacable...l’homme s’oppose à l’homme.

Et la mêlée s’engage, atroce, au corps à corps 
On se bat au poignard, chacun défend son sort.

Il faut tenir, tenir encor’, avoir beaucoup d’audace 
Car nous touchons au but...nous sommes en ALSACE.

C’est ainsi chers amis, voici déjà longtemps 
Que des soldats de FRANCE se battent ardemment 
Pour rendre à chaque humain, son honneur, sa fierté 
Lui permettant de vivre, heureux... en LIBERTE.

à MONTPELLIER le 1e Décembre 1990
GILLES Maurice 1e Bataillon du Génie

Navigation