Comment naquit le Bataillon d’Infanterie de Marine (BIM) par le général Edmond MAGENDIE (Bimp)

Par le général Edmond MAGENDIE

En juin 1940, la France écrasée, meurtrie, anéantie et quasi anesthésiée allait vivre les dures années de l’occupation allemande mais, en Afrique, au sein des unités coloniales, des volontaires se dressèrent pour sauver leur drapeau.

De cette désespérance venue d’une fulgurante défaite, d’un grand désarroi dû à la capitulation de nos gouvernants, d’une profonde meurtrissure morale et d’un sursaut patriotique exemplaire, est née en Syrie, le 27 juin 1940, la cellule initiale de cette magnifique formation qui devint le BIM. 

Ce jour-là, au 24e Régiment d’Infanterie Coloniale stationné à Tripoli, en Syrie, sous les ordres du Colonel Fonferrier, un capitaine du Régiment, ancien combattant de 1914-1918. incitait sa Compagnie à rejoindre les Anglais en Palestine en vue de continuer la guerre auprès d’eux. C’était le Capitaine Folliot. Ils furent 80 sur 120 à répondre à cet appel, qui partirent de nuit avec armes et bagages.

Dans ce même temps à Chypre, une autre Compagnie de ce 24e Régiment, commandée par un jeune capitaine, entraînait à son tour tous les volontaires du 3e Bataillon à rallier le mouvement naissant qui devint La France Libre .

C’était le Capitaine Lorotte.

Par télégramme n°1, sous l’appellation de Détachement de Volontaires Français de Chypre, daté de Nicosie 13 juillet 1940, il adressa au Général de Gaulle le texte suivant :

Capitaine Lorotte au Général de Gaulle — 400 hommes et sous-officiers, plus 12 officiers du Détachement Français de Chypre sont passés avec enthousiasme à vos ordres — Je prends liaison avec Colonel de Larminat en Egypte - France toujours — Signé Lorotte.

Le lendemain, de Londres, le 14 juillet 1940, le Général de Gaulle répondit au Capitaine Lorotte par le télégramme suivant :

Reçu votre message. Je vous nomme Commandant du Bataillon des Volontaires Français de Chypre. Ce bataillon servira sous mes ordres et sera un Bataillon français. Je vous invite à le constituer immédiatement avec des officiers, gradés et volontaires. Vous me rendrez compte de ce que vous aurez fait vous-même et votre

Bataillon une fois constitué. Resterez pour le moment à Chypre, sous le commandement du gouverneur britannique. Cordiale sympathie. Général de Gaulle.

Par télégramme n°5, le Capitaine rendit compte au Général de Gaulle :

Bataillon volontaires entièrement constitué par éléments du 24e Régiment d’Infanterie Coloniale. Les unités (EM 2 compagnies FV plus ÇA) possèdent leurs cadres habituels.

Demande envoi rapide Palestine ou Egypte :

  1. pour compléter effectif avec éléments du 24e RIC déjà passés en Palestine ;
  2. pour équiper complètement le Bataillon ;
  3. pour satisfaire besoin action des hommes. Demandons a reprendre le titre de 1e Bataillon Infanterie de Marine pour raviver le passé glorieux. Demande pouvoir prendre avion pour entrer contact avec EM britannique Palestine et Egypte pour établir bases réorganisation et action. Sentiments dévoués. Capitaine Lorotte.

Et c’est ainsi qu’est né, en cette mi-juillet 1940, notre vaillant bataillon.

Plus tard, à cette formation initiale et exceptionnelle vint s’adjoindre celle du Pacifique et des volontaires de France. Elle devint ainsi le Bataillon d’Infanterie de Marine et du Pacifique.

Il soutint le Général de Gaulle jusqu’aux ultimes combats de l’Authion et la totale victoire de la France.

Il eut la vie rude mais ô combien méritoire et glorieuse.

Le Général de Gaulle en fit un de ses Compagnons de la Libération.

Quatre fois cité à l’ordre de l’armée. 78 des hommes du bataillon ont eux-mêmes été reconnus comme tels.

De cette magnifique épopée que vous avez vécue durement mais vaillamment, notre formation restera à jamais le

SEUL, l’UNIQUE, le FAMEUX BATAILLON D’INFANTERIE DE MARINE ET DU PACIFIQUE .

SOYONS EN FIERS !

IL Y A CINQUANTE ANS DE CELA.

Le 17 novembre 1990.

Bir Hakim l’Authion n°193 avril 2004

 
Navigation