Intendance Divisionnaire Groupe d’Exploitation n°1

Origine

Un élément d’intendance fut constitué à Londres en 1940 avec des métropolitains venant du Corps expéditionnaire de Norvège ou de France directement ; étoffé de coloniaux à son passage en Afrique Equatoriale, c’était déjà une véritable intendance divisionnaire avec son groupe d’exploitation qui avec la Brigade d’Orient participait à la campagne d’Erythrée et de Syrie. En 1942, l’Intendance se scindait en deux, les deux brigades françaises libres opérant isolément en Libye devaient avoir des services autonomes. Toutefois, ces deux tronçons travaillant toujours dans le même cadre et en liaison constante se regroupaient dans la région de Tobrouck au début de 1943 pour constituer l’Intendance de la 1e Division française libre et le Groupe d’exploitation n°1, et ce service prenant de plus en plus d’ampleur, comme la 1e Division française libre elle-même, participait depuis lors à toutes les opérations de la Division (Tunisie - Italie - France).

Chefs de corps

Intendant militaire Bouton Erythrée, Syrie, Libye
Intendant militaire Perrat Libye, Tunisie, Italie, France
Capitaine de Guillebon Erythrée, Syrie, Libye
Lieutenant Foussat Libye, Tunisie
Lieutenant Bertrand Italie, France

Opérations

  1. 1941 : L'Erythrée
  2. 1941 : La Syrie
  3. 1942 : La Libye - Bir Hacheim
  4. 1943 : La Tunisie
  5. 1944 : L'Italie
  6. 1944 : Le débarquement en Provence
  7. 1944 : De Toulon aux Vosges
  8. 1944 : Vers Belfort
  9. 1945 : L'Alsace
  10. 1945 - Les Alpes L'Authion
  11. 1945 - POCHE DE L'ATLANTIQUE

Citations

A l’ordre de la Division

Créé à Londres en 1940 pour le Corps expéditionnaire de Dakar, le premier Groupe d’exploitation a suivi toutes les campagnes de la 1e D.F.L. sous les ordres du capitaine de Guillebon, en Erythrée, Syrie, Libye, du lieutenant Foussat en Tunisie, du lieutenant Bertrand en Italie et en France depuis le débarquement du 16 août 1944.
N’a cessé de pourvoir sans relâchement ni défaillance, en toutes circonstances, aux besoins en vivres et habillement des troupes de la Division.
Souvent pris à partie par les feux de l’aviation ou de l’artillerie ennemie, a perdu 60% de son effectif présent à Bir-Hacheim.
Sans connaître aucun repos depuis le début de la guerre, s’est avéré un auxiliaire précieux pour le commandement et pour les troupes qu’il ravitaillait.