LUDEAU Roger

23/12/1920 - 06/07/2016

Grade : caporal-chef

Unité : BIMP - BP

 

Français Libre

 

À propos

Lieu de naissance : Quartier-Latin (Nouméa)

Profession : marin

Ralliement : Nouvelle Calédonie (septembre 1940)

Date de décès : 06/07/2016

Lieu de décès : Nouméa (Nouvelle Calédonie)

 

Écrits

"J’ai l’honneur de vous indiquer que Monsieur Roger LUDEAU, du Bataillon du Pacifique ayant participé à la Libération de Ronchamp en automne 1944, s’est vu remettre à la mi-décembre la Médaille Militaire.

Cette distinction lui a été remise par le Colonel Damien De Marsac chef de corps du régiment d’infanterie de Marine du Pacifique de Nouvelle Calédonie basé à Plum.

Agé de 92 ans Monsieur Roger Ludeau réside en Nouvelle Calédonie à La Foa. Caporal-Chef à l’époque, il se souvient de l’hospitalité des ronchampois et entretient avec cette ville par l’intermédiaire de Monsieur Alain Banach une émouvante correspondance via internet."

Monsieur Serge ROBERT, Président du Comité du Souvenir Français de Champagney.

Le canonnier fait chevalier

Article publié dans Les Nouvelles Calédonienne édition du 19 juin 2014.

A l’occasion du 18 juin, Jean Lèques, maire honoraire de Nouméa et commandeur de la Légion d’honneur, a remis, à la mairie, la médaille de chevalier de la Légion d’honneur à Roger Ludeau, ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale.

Corine Voisin, la maire de La Foa, s’est excusée auprès de Roger Ludeau : la salle de la mairie est un peu trop petite pour recevoir un tel événement. La cérémonie de remise de la médaille de chevalier de la Légion d’honneur a eu lieu en présence de la famille, des amis, des différents porte-drapeaux, de représentants du bataillon du Pacifique et de leur emblème. Recevoir cette médaille lors de la cérémonie commémorative du 74e anniversaire de l’appel du 18 juin 1940 lancé par le général de Gaulle, le symbole est fort pour Roger Ludeau. Un message qu’il a entendu et qui l’a décidé à s’embarquer sur le Zélandia pour s’engager volontairement pour défendre la France libre au sein du bataillon du Pacifique.

Patriote. J’ai le plaisir de remettre cette médaille à Roger Ludeau, qui la mérite, et le jour du 18 juin est une date dans l’histoire de la France , a expliqué Jean Lèques, avant de dresser sa biographie. Roger Ludeau est l’un de ceux de Bir Hakeim à avoir connu les horreurs du feu et à avoir rempli cette mission avec honneur. Il a participé à la campagne d’Italie et a débarqué en Provence (lire par ailleurs). Après son retour en Nouvelle-Calédonie, il a repris sa vie civile. Il a tout fait pour faire vivre la mémoire patriotique avec le livre qu’il a écrit*, a lancé Jean Lèques, avant de s’avancer vers Roger Ludeau et de déclarer : J’ai l’honneur de vous remettre la médaille de chevalier de la Légion d’honneur . Long moment de bonheur pour Roger Ludeau, lorsqu’il a reçu cette nouvelle médaille et pour cet ancien combattant, l’émotion devenait nettement palpable.

Emotion. Il ne s’agit pas de sa première médaille, puisqu’il en a reçu sept, dont la Légion d’honneur, la médaille militaire, la médaille de la Résistance française et celle de la Croix de guerre 1939-1945. Juste avant cette cérémonie, il a même reçu l’insigne de délégation de la fondation de la France libre, des mains de Michel Mourguet, son président. Mais c’est avec une émotion intacte qu’il s’est adressé à l’assistance : Cette médaille est trop lourde pour moi, je la décerne à tous ceux qui sont morts pour la France . Ses pensées sont allées ensuite vers sa famille, qui l’entoure chaque jour.

Amérique. Cette distinction honorifique, Roger Ludeau, l’accepte bien volontiers d’autant qu’il a appris de Jean Lèques qu’il figurait parmi les promus à la médaille de la Légion d’honneur et il a demandé expressément que ce soit l’ancien maire de Nouméa qui la lui remette. Il y a deux raisons à cela, la première c’est qu’il est une très vieille connaissance et que j’admire profondément son parcours, a-t-il souligné. La seconde vient de leur passion commune pour les Etats-Unis d’Amérique. Roger Ludeau est d’ailleurs connu pour son engagement à l’attachement et à la reconnaissance de la Calédonie aux Etats-Unis. Un drapeau américain flotte même sur le mât installé à son domicile de la rue Gally-Passebosc. Un combat qu’il continue aujourd’hui de mener.

* Carnets de route d’un combattant du bataillon du Pacifique, publié à compte d’auteurs.

Du Quartier-Latin à Bir Hakeim

Roger Ludeau est né le 23 décembre 1920 au Quartier-Latin, le quartier sélect d’alors, à Nouméa. Dans ses premières années, sa famille part aux Nouvelles-Hébrides. Il embarque à 17 ans sur un bateau chargé de nickel comme élève officier et part en mai 1941 pour le front.

Lors de la bataille de Bir Hakeim, Roger Ludeau est canonnier anti-char, pendant seize jours, du 26 mai au 11 juin 1942. Il participe par la suite à la campagne d’Italie et aux durs combats de Girofano et de Montecassino. En juillet 1944, il embarque avec son bataillon pour participer au débarquement de Provence. Avec d’autres Calédoniens du même bataillon, il remonte ensuite jusqu’à Belfort où en novembre 1944, il doit se retirer du front. De retour en Calédonie en mai 1946, il est marin pour la SLN et devient lieutenant. Il prend sa retraite en décembre 1975. Veuf, il est le père de sept enfants. Les petits-enfants, on ne les compte plus, sourit-il.

Extraits de ses Carnets de route

  1. Bir Hakeim
  2. D’El Alamein à la fin de la campagne de Lybie
  3. Juillet 1942 (Egypte) - Mars 1944 (Nabeul)
  4. La Campagne d’Italie

Eloges funèbres