Le Train

Origine

Parmi les Unités mises sur pied en Angleterre en juillet-août 1940 figurait la 1e Compagnie du Train les cadres provenaient de la 802e Compagnie du Train du Corps expéditionnaire de Norvège ; la troupe, pour la plus grande partie, avait été recrutée parmi les jeunes gens évadés de France ; les plus jeunes avaient seize ans ; le plus âgé n’avait pas vingt ans, aucun ne possédait la moindre formation militaire ; à peu près aucun ne savait conduire.
L’instruction théorique fut donnée sur le bateau ; l’instruction de conduite, hâtivement, au Cameroun.
A la formation de la Division, en Palestine, avant l’intervention en Syrie, la 1e Compagnie du Train prit l’appellation de a 101e Compagnie auto ».
Après la campagne d’Egypte et la percée d’El Alamein, lorsque les deux brigades françaises libres se soudèrent, la 101e Compagnie auto, de la 1e Brigade et la 102e Compagnie auto de la 2e Brigade formèrent le 1e Escadron du Train.
Après la campagne de Tunisie, le 1e Escadron du Train fut porté à trois compagnies par l’adjonction de la 103e Compagnie auto, formée d’éléments venus de l’Afrique du Nord. 

Chefs de corps

101e Compagnie du Train Lieutenant Dulau
101e Compagnie auto Lieutenant, puis Commandant Dulau
1e Escadron du Train Capitaine, puis Commandant Dulau

Opérations

  1. 1941 : L'Erythrée
  2. 1941 : La Syrie
  3. 1942 : La Libye - Bir Hacheim
  4. 1942 : L'Egypte - El Alamein
  5. 1943 : La Tunisie
  6. 1944 : L'Italie
  7. 1944 : Le débarquement en Provence
  8. 1944 : De Toulon aux Vosges
  9. 1944 : Vers Belfort
  10. 1945 : L'Alsace
  11. 1945 - Les Alpes L'Authion
  12. 1945 - POCHE DE L'ATLANTIQUE

Citations

A l’ordre du Corps d’Armée de la 101e Compagnie Auto

« Unité d’élite formée en Angleterre en juin 1940 de conducteurs vétérans du Corps expéditionnaire de Norvège et de jeunes français échappés de France. Engagée sans arrêt pendant quatre ans, a formé ses conducteurs sur les pistes du désert soudanais. A ensuite pris part à toutes les campagnes des Forces françaises libres depuis l’Erythrée.
S’est notamment illustrée lors du siège de Bir-Hacheim (juin 1942) en forçant le blocus de la place assiégée pour la ravitailler et en récupérant dans le désert les survivants du siège après leur sortie de vive force. A perdu 1/10e de ses effectifs, prisonniers ou tués. A pris part à la campagne de Tunisie. Pendant la campagne d’Italie, puis d’août 1944 en France, a assuré un service exceptionnellement pénible, faisant preuve des mêmes qualités de courage et d’endurance, gagnant l’admiration et la reconnaissance des autres Unités de la Division. Après trois mois de campagne, roulant nuit et jour, a perdu seulement 2% de ses véhicules. »