Poème dédié aux valeureux anciens de la 1e DFL

Elie ROSSETTI – 11e Cuirassiers Vercors

Le Général de GAULLE, en juin de l’an quarante 
Par son vibrant appel créa les F.F.L. 
Il a su regrouper, la France combattante 
Et sous nos trois couleurs, notre Armée immortelle 
Constituée d’anciens et nouveaux Régiments 
Des bataillons de marche aux escadrons blindés 
Elle fut sur tous les fronts et sans ménagement 
Du sang de ses soldats, signant une épopée.

Ces quelques unités parties de l’Erythrée 
Dans le désert Libyen repoussaient l’ennemi 
Bir Hakeim leur donna, gloire et célébrité, 
Aux lumières des canons entrèrent en TUNISIE.

Le premier février de l’an quarante trois 
La première DFL fut officiellement créée 
Autour de Takrouma, fut intense l’effroi 
Mais aussi un triomphe de fierté retrouvée 
Puis ce fut l’Italie aux combats piétinants 
Où elle sut s’engager d’un nuage tonnant 
Dans la grande Victoire du Garigliano.

Et dans son grand élan elle tomba San Giorgio 
Nombreux furent les morts et les destins brisés 
De Naples à Sienne, par Rome libérée, 
Le sept aout enfin, elle embarqua dument 
Direction Cavalaire pour le débarquement 
Tous les regards tendus vers la terre promise 
Ce moment attendu depuis quatre ans fut beau 
Tous ses soldats heureux, cames dans leur chemise 
Epris d’un but sublime, mirent les pieds dans l’eau.

Dans les vignes et les pins de la belle Provence 
Tous ils se préparaient pour libérer Toulon, 
Après les durs combats de brutale violence 
Ce fut la réussite pour ces anciens colons 
Prévisions bousculées, poursuites improvisées 
Portèrent la Division aux portes de Lyon, 
Le trois septembre on vit, la ville pavoisée 
Fêter les FFI pour leur intégration 
En trouée de Belfort, à court de provisions 
Elle eut à soutenir, une guerre de positions 
Avec la pluie, la boue, un ciel froid, nuageux 
Nos braves combattants furent très courageux.

Dans l’offensive des Vosges, dure et meurtrière, 
Le Général BROSSET, par accident mortel 
Affecta ses soldats séides et fraternels, 
De tous ses Régiments monta une prière.

Malgré ce coup très dur, les héros se dressèrent 
Marsouins et Fusiliers, aussi les légionnaires 
Cuirassiers, Canonniers qui trainaient le tonnerre 
Ont offert leurs succès à leur chef légendaire.

Vers la mi-décembre, toute la Division 
Partit pour dégager la poche de Royan 
Mais quelques jours après, elle fit inversion 
Pour défendre Strasbourg, repousser l’assaillant 
O vaillants guerriers, de glorieuse DFL 
L’Alsace fut pour vous une deuxième Bir Hakeim 
Sur ces terres gelées, vos pieds n’avaient plus d’ailes 
Vous avez tant souffert, tout comme à Obenheim 
Tout le mois de janvier avec votre héroïsme 
Les Allemands ont compris qu’ils ne passeront point 
Vos exploits étaient dus à votre dynamisme 
Vous avez tout donné, vous avez fait l’appoint.

Adieu l’Allemagne, à d’autres les lauriers 
La première DFL dut libérer l’Authion 
Face aux affrontements, aux terribles mortiers 
La victoire finale couronna la mission.

Division prodigieuse, la première DFL 
A la France a su redonner sa grandeur 
Sa gloire sublimée, devenue éternelle 
Restera à jamais un prodige d’honneur 
J’ai connu ces héros, quand j’avais dix huit ans 
Combattu avec eux, je les ai admirés 
Et depuis je vénère leur historicité 
Car parmi les plus forts ils furent imposants

Navigation