Restitution par Alain MONTARRAS (RA) du début de l’offensive des 12-13 mai 1944 en Italie dans le journal de Marche de l’E.M. du 1e R.A

Le début de l’offensive de mai 1944 en Italie dans le journal de marche de l’E.M. du 1e RA

Nous poursuivons aujourd’hui la publication d’extraits du journal de marche de l’E.M. du régiment pour le début de l’offensive de mai 1944 en Italie.

Ainsi qu’il ressortait des messages échangés en fin de nuit, les objectifs prévus pour le CEF n’étaient pas atteints et la 1e DFL et la 2e DIM se heurtaient à une farouche résistance des Allemands installés dans les ouvrages de leur ligne fortifiée, la Gustav Steillung.

12 mai 1944

06h10, le Cdt Ravet (en liaison auprès du groupement blindé) annonce qu’il n’y a qu’une seule vague de partie. Il est demandé au Cne Dreyfous quel tir doit être exécuté. Échanges interrompus par difficultés de transmission.

06h15, le Lt Colonel Laurent-Champrosay commande le tir de barrage U42 -À 06 h 30, le tir U43 est commandé aux 2e, 5e et 4e groupes.

06h35, le Lt Colonel Schoeller (adjt. du Gai. Cdt l’AD de la 2e DIM) indique que la situation est très confuse aux pieds de 709 et 739.

06h43, le Gai fait connaître que grande unité de gauche engage un régiment. Passé au Cne Dreyfous.

06h55, le tir U43 est passé aux 1e, 2e et 4e groupes.

07h03, ordre au 1e groupe d’exécuter U38 (100 coups).

07h08, le Cel. communique au Gal les renseignements reçus du Cdt Ravet : la première vague a été arrêtée très tôt à 200 m d’un petit coude de la côte 124, gênée par mauvais terrain ; beaucoup de mines et de blessés.

07h35, le Cel. fait demander au 13e corps anglais (en soutien d’artillerie lourde à l’est de la DFL) des tirs avec 2 groupes de 155-80 coups. Ils vont commencer de suite.

07h45, le Cel. donne un crédit de 100 coups par batterie (cpb) au 3e groupe, pour le coude de la route remontant de San Andréa vers le nord...

07h50, le Cel. donne un crédit de 100 cpb. au 2e groupe, pour la route de Saint-Apollinaire au carrefour 87.000-10.200. Tirs larges en plaquant des râteaux successifs. Barrages successifs ou routes prises en enfilade.

07h55, le Cel.téléphone au Cdt. Crespin pour faire dire à la Cie canons de faire des tirs de harcèlement sur la route, le long du méridien 89 entre les parallèles 10 et 11. Petites concentrations de 6 pièces. Tirs très larges. Crédit de 100 coups.

08h10, le Cel. demande au 1e groupe des tirs dans la vallée de Valenzo , là où l’on n’a pas encore tiré, le brouillard très épais devant permettre à l’ennemi une circulation intense. 300 coups.

08h15, un tir (U44) très urgent de 10 minutes est demandé pour un bataillon mal engagé, entre les points 88.100-04.900-88.500-04.600. Tir linéaire, rafales brusques à commencer en fumigènes, 400 coups. Tirs réduits de moitié à 08h27, soit 5 minutes et 200 coups.

08h45, le Cel. demande au Cne. Dreyfous s’il a observé le tir. Le Cne. le redemande.

08h50, le Cel. fait retirer par le 3e groupe 20 obus fumigènes sur les coordonnées du centre.

08h52 il est ordonné tir U39 de 144 coups

09h10, le Cel. Schoeller demande répétition du tir en déplaçant limite à 100 m. ouest... Le Cel. Schoeller fait connaître à 09h30 que les limites est et ouest du tir sont bien en place. Garder ces éléments et les transformer en obus explosifs. Tir baptisé U44

10h00, crédit 100 coups au 4e groupe pour nid d’armes automatiques sur lisière Ambroggio.

10h03, le Cel. demande 3 batteries de 90 de DCA américains pour tirs de concentration terrestres sur San Andréa. Tirs fusants par 2 batteries à 10h20

11h40, concentration massue tirée par le Groupement blindé et le 2e groupe sur 88.200-06.200

11h45, le 4e groupe demande autorisation de tirer 400 coups sur Ambroggio. La position de la 1e vague blindée est sur le parallèle 054. Progression marche mal à cause des mines et des tirs d’infanterie

12h30, les 1e, 2e et 4e groupes effectuent 14 concentrations jusqu’à 15 h sur objectifs imposés par AD2. Deux objectifs de la vallée de Valle Majo, un dans la vallée sud du Majo et deux objectifs vers San Tomaso, au N.W. de Villa Majo.

12h50, la pointe des blindés est en 11.63. Le Gai. recommande de ne plus avancer, mais de tirer derrière lui les autres vagues.

13h23, le Cel. donne à CCI/2 un crédit de 100 coups pour tirer derrière les crêtes de Rocaini Tollo.

13h27, le Cdt. Ravet demande déclenchement de U7. Le Cel. fait tirer les deux groupes de 155 américains sur San Andréa.

13h30, l’AD2 signale violente contre-attaque sur le Faïto et demande que pendant un quart d’heure nous l’aidions de tous nos moyens. Le Cel. place les batteries du 3e groupe sur les objectifs U103, U104, U107.

13h42, l’AD2 dit d’arrêter les tirs, la situation s’arrangeant autour du Faito.

13h55, le Cdt. Ravet demande deux tirs, confiés au 3e groupe.

14h00, les 155 américains effectuent divers tirs en 87.400 et 07.100.

14h30, l’officier de liaison près des spahis demande que les fusiliers marins soient adaptés à leur système de combat ; le Cel. répond qu’il préfère conserver le commandement de tous les feux, quitte, le cas échéant, à leur donner d’autres appuis...

14h45, l’AD2 demande des tirs de harcèlement en R7 et R28 à raison de 120 coups à l’heure jusqu’à 20h00...

15h40, le Cdt. Ravet demande déclencher tir UG double massue. 1e groupe.

16h00, le Cel. demande tir de contre-batterie contre mortiers chimiques situés en 686.800-810.100 qui gênent la progression des chars, et qui ne peuvent être atteints par les batteries du C.A.

16h10, ce tir américain est annulé.

16h20, le Lt de vaisseau Guillemin qui commande le détachement canons des FM va en liaison. Le Cel. lui donne mission de harcèlement sur des ravins en 85.200-05.400 où s’agite du monde et où il tirent à 120 coups échelonnés, jusqu’à 21h00.

16h20, la concentration de contre-batterie que ne peuvent exécuter ni les américains ni le 4e groupe, est confiée au 2e groupe. Concentration double massue U59.

16h40, le Cel. téléphone au Cdt. Bruneton au sujet d’une nouvelle attaque qui doit être montée du côté de la 4e Brigade.

Comme c’est la zone du 3e groupe, il demande de préparer des tirs d’arrêt et d’envoyer de suite une liaison auprès du 22e BMNA , par exemple le s/ Lt de Laroche.

16h50, la liaison américaine annonce la prise de Castelforte.

17h10, la CCI/2 exécute mission de harcèlement (50 coups) sur route Saint Apollinaire -Ambroggio.

17h40, concentration massue pour 17h46 sur 87.100-07.800 par 3e groupe et 86.900-06.950 par 1e groupe. Pour 17h59 par 4e groupe concentration ponctuelle, 4 coups par pièce, en 84.600-06.950.

17h55, ordre au 2e groupe pour concentration massue fumigène à 18h00 sur 87.666-08.191 (observatoire du Moroni ).

18h10, ordre de renouveler tir avec légère correction, à cause du vent.

18h15, concentration massue fumigène pour 18h20 sur 86.500-08.000 ( obs. de la Guarandia ).

18h30, renouveler massue 400 m. plus court.

18h33, Centrale d’observation communique que Cne. Dupraz (llème Bie) a fait sauter dépôt munitions de mortiers derrière San’Ambroggio à 18h15 et qu’à 18h20 a fait sauter autre dépôt et détruit deux nids de mitrailleuses.

18h45, le Cel. Schoeller avertit que nous aurons sans doute à intervenir cette nuit en faveur de la 2e DIM au Girofano et à la côte 739.

18h48, Lt-Cel. Maubert passe aux 4 groupes ordre de faire des réglages avant la nuit sur la côte (1/4 d’heure par groupe).

19h50, Cne. Briard fait tir d’efficacité sur observatoire repéré dans l’après-midi en 87.000 et 04.700.

20h55, Cel. Schoeller téléphone pour dire de continuer tirs de harcèlement sur fonds des ravins exécutés par Fusilier-Marins.

22h25, ordre à CCI/13 de faire tirs de harcèlement, 150 coups en une heure, en 89.100-10.800.

23h00, le Cne Dreyfous rend compte situation : 4e Brigade et BIMP mis au repos au sud de la parallèle 03. Les BM 21 et 24 sont sur pentes N.B. de 433. BIMP a subi grandes pertes le matin du fait qu’il s’était avancé sur les pentes W. du Girofano et a été pris à partie par résistances ennemies sur le Girofano qui, d’après les prévisions, aurait dû être occupé par 2e DIM. 

Le BM 21 a subi quelques pertes du fait qu’il s’est avancé seul vers Fontanella après avoir perdu sa liaison sur sa gauche avec le BIMP (dans la soirée du 12 mai, le Gal Juin, cdt le CEF, décide de relancer l’offensive le lendemain à partir de 04h00, pour obtenir la rupture du front ennemi).

13 mai 1944

00h05, OB2 signale présence mortier à six tubes au sud de San Ambroggio en 89.100-09.700. Tir demandé à CCI/13

00h20, l’AD2 demande tir B8 le Faito étant attaqué. Confié au 2e groupe, 4 coups pièce-minute pendant 10 minutes.

02h00, sommes avisés heure H fixée à 04h00. Tirs doivent commencer à H-45.

03h15, toutes les batteries du régiment ouvrent le feu. Aucune réaction ennemie. Feu roulant dure jusqu’à environ 05h00. Le Cel. Schoeller demande de nouveaux tirs de 06h30 à 08h00.

05h35, le Cel. passe aux unités le plan de feux pour ces tirs, tous dirigés sur le Fessi.

05h50, le Cel. Schoeller demande deux tirs de 155 pour 06h10 en 843.062-867.060, le premier tir sur pentes ouest de l’ Azifuglio , le second sur les pentes sud de la Colle Valogna.

06h00, le Cdt. Ravet téléphone : RAS. Ils attendent.

06h40, le Cel. Schoeller annonce que 709, 739 et Cerazola sont pris, et que cela marche sur le Girofano.

07h00, le 3e groupe annonce que nous occupons aussi 708 et 751...

07h50, nous sommes avisés que les codes en vigueur sont tombés entre mains de l’ennemi. Alertons unités en prescrivant précautions avant mise en place nouveaux codes...

08h20, AD2 demande tir (concentration massue) en 835-064. Ordre passé à 08h22 à 3e groupe, 3 c.p.m. à partir de 08h30

08h24, cette concentration est aussi ordonnée aux 1e, 2e et 4e groupes (2 c.p.m. pour le 155).

09h05, Cel. Schoeller demande renouvellement de 09h20 à 09h25 - Message du CEF à 09h12 : Girofano pris à 09h00...

10h05, AD2 signale contre-attaque ennemie qui se masse dans une cuvette à l’aplomb de 687.605-849.058.

10h07, concentration de 10 minutes de 3 c.p.m. pour les trois groupes de 105, et de 2 c.p.m. pour les 155...

10h35, les anglais annoncent la prise de San’Angelo.

10h37, trois tirs de fumigènes demandés au 4e groupe entre 10h50 et 11h00 - Le Cdt. Saint-Hillier signale à 10h47 que des éléments de chez nous sont gênés par des mortiers. Le Cel. répond que tirs de fumigènes vont être exécutés sur San Andréa...

11h00, le Cdt. Ravet demande plusieurs tirs qui seront passés dans une heure - Signalé à 11h05, en 89.00-08.200, section enterrée. 2e groupe, 100 coups fusants de suite...

11h10, l’AD2 demande des tirs de harcèlement...

11h25, le Cel. envoie le Lt. Aubert auprès du Cne Magendie dont nous sommes coupés, pour faire un tir de harcèlement dans une vallée en 85.300-05.500 et 85.600-05.700. 2 pièces tirent dans le haut du ravin et 2 dans le bas. 180 coups/heure pour chaque partie. Durée 2h et demie...

12h00, le BM 21 est arrivé à 800 m de San Andréa.

12h05, le Cel. confie aux mortiers chimiques américains des tirs de harcèlement pour aveugler le Morari, Guardia et Stramma , en...

13h00, les 4 PCT reçoivent les ordres pour les tirs demandés par le Cdt. Ravet. Tirs de 13h 25 à 13 h 40 : tir U132, centre en..., front 200, profondeur 200, pour 4e Bie et CCI/13, 3 c.p.m. en explosifs. De 13h37 à 13h40, tir U133, centre en... front 200, profondeur 200, pour 1e, 6e, 10e et 11e Bies. Cadence maxima ; obus explosifs. De 13h40 à 13h45, tir U13 en fumigènes pour 4e Bie, 10 coups.

Constitue petite préparation pour les chars.

13h20, le Cne Dreyfous signale que la 2DEVI est en D5 et M9...

13h50, ordre aux 4 PCT, concentration à 14h00 très précises pour les quatre groupes. Concentrations massues de 14h00 à 14h03 et de 14h03 à 14h05 tir U34. Pour neutraliser la Guardia.

13h55, le Cel. passe aux 4 PCT : concentration massue entre 14h05 et 14h10 en 85.700-06.700.

14h00, demande au corps anglais concentrations sur San Andréa et Vallemaio. Aussitôt acceptée.

14h05, liquidation définitive de G28, le Girofano complètement terminé, annonce l’AD2...

L’artillerie continuera ainsi son action toute la journée et le 13 au soir, on pourra dire que la rupture était acquise, dans une zone montagneuse fortifiée et malgré une dure résistance allemande.

Dans la seule journée du 13 mai, les quatre groupes d’artillerie du 1e RA auront tiré quelques 20 000 obus.

Dans la nuit qui suivra et dans la journée du 14, San Andréa, San Ambroggio et San Giorgio tomberont entre les mains de la DFL.

L’ardeur et la vaillance, malgré les pertes subies, des quatre divisions du CEF engagées (DFL, 2e DIM, 4e DMM, 3e DIA) auront joué un rôle majeur dans la réussite de l’offensive alliée en Italie.

Restitution d’Alain MONTARRAS

L’Artilleur de la D.F.L n°39 Avril 2000

 
Navigation