Sortie mémoire en Alsace organisée par Alain Jacquot-Boileau

La traditionnelle sortie-Mémoire de l’école du centre de Champagney (Haute Saône) a conduit les élèves de CM1 et CM2 au Musée de la Poche de Colmar de Turckheim, puis au Linge où ils ont découvert un des champs de bataille emblématique de la Première guerre mondiale

Il reste à espérer que cette manière de faire de l’histoire portera ses fruits et qu’ainsi ces jeunes enfants comprendront mieux le sens des prochaines cérémonies patriotiques qui perpétuent le souvenir des terribles conflits du XXe siècle, à propos desquels, à moyen terme, il n’y aura plus de témoins directs pour raconter.

Alain Jacquot-Boileau alain.jac@live.fr

REPERES

VISITE VIRTUELLE POUR TOUS

sur des images de François BRESSON, du voyage "Mémoire" en Alsace des classes de CM1-CM2 de Mr Alain Jacquot-Boileau et Mme Lætitia Mangin : 76 élèves dans deux bus, accompagnés par 16 enseignants, représentants du Souvenir Français avec trois porte-drapeau, parents d’élèves et bénévoles d’associations de Champagney.

1) Départ de Champagney, arrivée à Turckheim, visite du Musée-Mémorial des Combats de la poche de Colmar, Hiver 44/45 avec les commentaires de Mr Weckner.

Le Musée de la poche de Colmar est dédié à tous les combattants qui ont pris part aux terribles combats de la Poche de Colmar au cours de l’hiver 1944/45, ainsi qu’à toutes les victimes civiles de la libération de cette région.

C’est le 19 novembre que le Rhin est atteint à Rosenau par les hommes de la 1ère

DB. Mulhouse est libéré le 21 novembre, ainsi que Belfort. Strasbourg est délivrée le 23 novembre par la 2DB du Général Leclerc.

Le 30 novembre, le Général De Lattre change brusquement tout l’axe d’attaque qui, de sud-nord par la plaine, devient est-ouest par la montagne. C’est ainsi qu’une poche se forme autour de Colmar, un front de 160km tendu en arc de cercle du sud de Strasbourg à Mulhouse, en passant par les crêtes vosgiennes.

Les Allemands renforcent leur 19e Armée. Les combats seront terribles et destructeurs. Fin décembre, Strasbourg est de nouveau menacée à tel point qu’Eisenhower veut abandonner ses positions et ramener ses lignes sur les Vosges. La ville sera finalement sauvée en janvier par l’apport de la 1e DFL, rappelée en catastrophe du sud-ouest où elle venait de réduire la poche de Royan.

Les combats se poursuivent en Alsace dans des conditions épouvantables, dans la neige, par moins 20 degrés. La 1e Armée qui regroupe des soldats de France, d’Afrique ainsi que des Américains, parvient enfin à libérer Colmar le 2 février.

Ce musée raconte ces longs mois d’enfer, de batailles, de destructions, à travers les acteurs, la technologie, les matériels et de nombreux documents et objets de l’époque.

2) Visite ’à pied’ de la ville de Turckheim et pique-nique au Foyer André

3) Nécropole de Sigolsheim : "1589 tombes de soldats Morts pour la France lors de la Bataille de Colmar, 20 janvier au 9 février 1945". Cérémonie présentée par Mr Serge Robert du Souvenir Français, dépôt de gerbe par Laurie et Tiffanie, devant le mat et les trois porte-drapeau, minute de silence, Marseillaise chantée par les 76 élèves et leurs accompagnateurs

Puis, les enfants de Champagney se rendirent à la Nécropole de Sigolsheim. Là, à flan de coteau, sur 3 hectares , reposent 1589 hommes tués lors de ces combats. Parmi eux, nombreux furent aussi les libérateurs de Champagney le 19 novembre 1944. En hommage à tous ces combattants tombés pour la liberté, les écoliers déposèrent la gerbe préparée par le Souvenir Français – section de Champagney -, et respectèrent une minute de silence. En toute simplicité, cette petite cérémonie se termina par la Marseillaise entonnée à capella par tout le groupe : petits et grands.

4) Nécropole de Sigolsheim : Vues de la nécropole et photo de groupe devant le Mémorial Américain

5) La ligne de crête du Linge : champ de bataille en 1915 ; visite libre du Musée

L’après-midi fut consacré à la première guerre mondiale avec la découverte du champ de bataille du Linge, qui est, en Alsace, avec le Vieil-Armand, l’autre grand lieu de mémoire de la guerre de 14-18.

Sur ce massif, eut lieu entre le 20 juillet et le 15 octobre 1915, un affrontement particulièrement meurtrier qui fit 17 000 morts. Il fut suivi d’une guerre de position jusqu’au 11 novembre 1918. Ce champ de bataille présente un aspect saisissant montrant l’infrastructure du solide système de défense allemand, très bien conservé, et les vestiges de tranchées françaises en terre meuble. Le musée national du Linge expose les objets trouvés sur place, armes, munitions, objets personnels et reliques, ainsi que de nombreux uniformes et documents concernant la Première Guerre mondiale.

Le Linge : parcours fléché dans et sur les tranchées françaiseset allemandes. Pause "réhydratante" ; retour à Champagney.


Article de Alain Jacquot-Boileau pour "les Affiches" du 11 octobre 2013